Lé TeXTEs

P.S.: Envoyer moi vos textes et j’aurais le plaisir de les éditer…a.b.e. 

Face à moi, des ombres chinoises aux silouhettes inconnues se croisent dans un pérpetuel mouvement de masse me rappelant avec angoisse le fonctionnement d’une usine de fabrication d’hommes et de femmes aux chemins ignorés et aux noms depuis longtemps oubliés

greenseaturtle.jpg 

Dédale de marches s’enfonçant dans un gouffre appelé sentiment.

Il fait sombre, il fait froid.

« Il peut faire chaud », me murmure une voix.

Je me retourne mais ne vois que l’obscurité et je prends peur face à une soudaine solitude qui me dévore – …Je suis hanté. Hanté par cette pensée qui fait de moi un être seul, ignoré… – Et là, là mes frères, je vois une puissante lumière, elle s’approche. Aveuglé, je baisse les yeux. Et là, là mes soeurs, je n’ai plus peur. La solitude n’est plus et je laisse la lumière m’envahir.

Il fait chaud, l’amour me dépose dans son panier d’osier. Un être aimé.  

tree.jpg

Je cours dans la brousse

En compagnie des lions.

Ils courent dans la brousse

Car en rebellion ils sont.

Ravagé par l’urbanisme,

Ils regardent leur royaume meurtri,

Tué par une rage qui persiste

A ne penser qu’au profit.

Nos larmes coulent et ne cesse d’apparaître

Lorsqu’un peuple souffre de la faute des traîtres.

desertlandscape.jpg

Je rêve d’un lieu où tout est possible.

De collines se perdants dans les nuages, d’une végétation multicolore et d’une faune abondante.

Un vent frais me carresserait le visage et une odeur de liberté me rendrait plus sage,

Le soleil brillerait de mille éclats et de la fumée partirait de mes doigts.

La nuit tombée, je mangerais ce que m’aurait donné la terre,

Je vibrerais au rythme d’un son tribal m’envoyant dans les dédalles d’une vie sans bulle de verre.

Le matin revenu, la luminosité de l’eau me réveillerait, le chant de l’île retentirait 

Et une flamme, à mes côté, m’enliserait de sa chaleur,

Tellement apaisante que j’entendrais son coeur.

J’irais me baigner face au soleil, me laissant dériver sur ce ciel

Et jamais au grand jamais je ne quitterais cet endroit que j’aimerais…  

 

 



2 commentaires

  1. dugenoud 23 octobre

    Et bien le bonjour, bientôt, bientôt !!!! J’attends et comme Saint-Thomas, je ne vois rien venir…. Tu es en vacances ? Si tu veux améliorer le nombre de visiteur de ton site, il faut te bouger ou tu vas tomber dans les oubliettes, que dis-je, dans les profondeurs les plus glaciales.
    J’avais en mémoire, un CVL plus percutant….

    La prochaine fois que je viens sur ton site, je veux voir du nouveau, du fantastique.

    A plus mon pote..

  2. dugenoud 2 novembre

    Merci, oui merci ! Enfin du nouveau et de l’imprévu. Je savais bien que l’imaginaire qui se trouve en toi allait refaire surface un jour.

    J’avais déjà eu le plaisir de te lire, voire de t’écouter auparavant et je trouve que tu as des dons pour l’écriture et souvent tu débordes d’imagination, je n’exagère pas….

    Je ne peux que t’engager à poursuivre, tout en gardant du plaisir.

    A bientôt.

Laisser un commentaire

Critik Paris |
Des perles et encore des pe... |
scrapb |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sapl
| Blog à Mary
| Mille et un âne